Publié le 23 décembre 2016

C’est LE sujet important du moment dans le Sud-ouest et sur nos exploitations.

Lorsque l’on parle de la grippe aviaire (influenza aviaire) et dans ce cas particulier du H5N1, il faut bien comprendre qu’il n’y a AUCUN DANGER à consommer les produits provenant de palmipèdes, encore moins provenant du Domaine de Barbe car les analyses successives, et encore une fois les dernières datant du vendredi 14 octobre (je les tiens à votre disposition), montrent une absence totale du virus. Les analyses sanguines ne révèlent aucun anti-corps.

Au départ ce virus H5N1 a été « déposé » par la faune sauvage, les migrateurs.  Pourquoi un élevage comme le notre est-il indemne de virus? Et pourquoi mes amis producteurs qui ont choisi le modèle de production identique au mien en sont également indemne? Alors que les services vétérinaires ont mis en évidence que plus de 80% des élevages industriels ont le virus. Cela tient en un mot: autarcie.

Alors que la filière industrielle déplace en permanence les animaux (propagation), nous avons de notre côté la maîtrise de la filière totalement sur place.

Les animaux arrivent à l’âge d’un jour (et sachez que l’oison et le caneton à la sortie de l’œuf sont exempts du virus car la chaleur et la durée d’incubation détruisent celui-ci) puis ils ne bougent plus.

Maîtrise totale de l’âge d’un jour jusqu’au produit fini (et vie sur parcours herbeux entre-temps)

Faible densité d’animaux dans les bâtiments, normes d’hygiène et de propreté, prairies larges et abondantes, nourriture 100% végétale, grande attention portée à l’animal (même pendant le gavage, oui, j’ose le dire!)… J’en passe, car je ne voudrais pas vous lasser.